Des jours d’une stupéfiante clarté

Par 14 avril 2020 à 10:25

Vingt ans. Toute une vie devant soi. Sauf que Théo quitte le camp de concentration libéré. Il a choisi de partir seul sur les routes plutôt que de rester dans son groupe. Il lui doit la vie, mais il ne supporte plus d’attendre. Son seul but : retrouver sa mère adorée que les gens traitaient de folle. Au lieu d’aller à l’école, Théo a visité avec elle toutes les églises du coin pour se recueillir et écouter Bach. En route, il rencontre d’autres résilients, mais aussi des hargneux et des voleurs. // RL